Accueil Activités MPM FLSH Ibn Zohr: le colloque international sur les mobilités , un...

FLSH Ibn Zohr: le colloque international sur les mobilités , un nouveau regard sur l’autre

0
PARTAGER

L’équipe pédagogique du Master de recherche : les Dynamiques sociétales transfrontalière: le Maroc et les pays de l’Afrique de l’Ouest, (Département de Sociologie) de la FLSH, Université Ibn Zohr Agadir et le collectif Solidarité-Mobilités ( composé de dirigeants d’organisations sociales et médico-sociales; membres de l’Association ANRAS de la Région Occitanie et d’ANRAS Solidarités, et de formateurs et chercheurs de l’Institut Formation, Recherche Animation, Sanitaire et Sociale de Toulouse) organisent un colloque international les 03, 04 et 05 Avril 2018 à Agadir autour de: « Mobilités et solidarités : de la croisée des chemins au destin commun ? »   a  organisé du 03 au 05 Avril 2018  le colloque international sous le thème « Mobilité et solidarités : De la croisée des chemins au destin commun », trois jours de participation, regards et échange sur des questions telles que l’immigration et les mobilités spatiales   qui intéressent, et les chercheurs étudiants, et les enseignants.

    M . Ahmed BELKADI, doyen de la faculté des lettres et des sciences humaines ,dans son intervention  a expliqué que IBN ZOHR a travaillé sur le thème d’Immigration depuis les années 1990, cette thématique qui touchait essentiellement la mobilité des migrants marocains vers les pays d’accueil, surtout les pays d’Europe , et que avec le temps plusieurs thématiques ont été abordées par  les chercheurs de la faculté , ce qui a  crée   pas mal de structures et de recherches entre autres : un licence professionnelle, un master en immigration puis  une formation doctorale tous  focalisant  les  recherches  sur La mobilité ,  l’immigration , et  sur un tas de thèmes qui concernent  la migration en général. Ces dernières années, les chercheurs d’Ibn Zohr ont   commencé à aborder de nouveaux thèmes : la Mobilité à travers les frontières et  les droits des immigrés.

Lors de sa communication, Pr. Abderrahim ANBI a pour sa part insisté sur le fait que les travaux du  colloque en question  » ont abordé un autre niveau  de la recherche à savoir les Mobilités spatiales, qui se sont imposées comme une dimension centrale dans les sociétés. Avec l’essor de l’économie transfrontalière, la révolution numérique, le développement des systèmes de transports et les communications à distance. Le terme de mobilités regroupe des phénomènes de natures distinctes : Migrations, Mobilités, résidentielles, déplacement quotidiens, la transfrontalière…etc.  ce qui fait que  les mobilités constituent un objet central  de recherche notamment pour la sociologie américaine en particulier dans la tradition de l’Ecole de Chicago, qui a démontré que les mobilités impliquent  de profondes modifications , de changements, de mutations voire de bouleversement au sein des structures sociales et des systèmes de valeurs et de normes socio- culturelles , un déplacement qui implique aussi des expériences nouvelles, des changement du mode de vie, …etc. » Pr. Anbi n’a pas manqué, par ailleurs de confirmer que  »de nouveaux thèmes ont été dictés par les nouvelles circonstances, les nouvelles données surtout au niveau du Maroc et l’Afrique du nord qui sont devenus des pays d’accueil et non pas seulement des pays d’émigration vers l’Europe et l’Amérique et d’autres pays du monde. »

  Selon les différentes interventions, la migration veut dire beaucoup de choses par rapport à la mobilité. Cette idée est concrétisée par l’inscription dans la solidarité. Ce concept vient de désigner des déplacements humains, différents des émigrations

  l’Histoire des peuples et  des migrations   a  montré  que  les hommes sont tous des voyageurs ,ont  trouvé leurs  souffles  dans les mobilités quelques  soient les origines. La mobilité est une ouverture sur l’autre, une rencontre avec soi et avec l’autre. La mobilité est une source de représentations ;  on parle en effet d’immigrés, d’immigrants, de résidants. Bref, la mobilité est un dynamisme car bouger, cela se prépare, une préparation à la fois physique et psychique, et c’est en même temps une instabilité parce que qui dit mobilité dit changement de repères : temporel et géographique,  mais dans la dynamique, on peut dire qu’il y a « mobilité pour » et « mobilité parce que » selon une philosophie personnelle : « j’ai besoin d’un nouveau dynamisme alors je pars vers d’autres horizons »

Or la mobilité ce n’est pas forcément partir, c’est aussi changer de posture dans un endroit fixe. On donne l’exemple d’un changement d’emploi ou de lieu de travail par  un salarié, qui se met mouvement parce qu’il a  intérêt à le faire ou pour exécuter un ordre de la part de son employé. Qui dit mobilité dit changement de place, changement de posture. Pourtant,  l’arrivée d’un immigré sur le marché du travail national peut être perçue par les acteurs locaux  comme une concurrence au niveau de  l’attribution des emplois disponibles.

   Parmi les thèmes majeurs  proposés dans le colloque, il y a le rôle des médias dans la perception du public de l’image du migrant.  L’intervention de M. Omar ABDOUH, coordinateur  du master Métiers et Pratiques des Médias (MPM) met en exergue l’importance de créer un  profil de journaliste qui soit  à la fois  un témoin et un  acteur car le sort des migrants dépend de la manière dont ceux-ci sont décrits, surtout que les médias sont souvent accusés de propager des stéréotypes sur les migrants, de caricaturer, de simplifier et de dramatiser leurs situations.

L’organisation de ces colloques est une occasion propice pour réfléchir sur la création de nouveaux profils de journalistes spécialisés. Ce fut une réflexion lancée aux doctorants de MPM, dans le but  de créer des experts dans différents domaines, capables, par exemple, de traiter la question de l’immigration d’une manière objective  et approfondie, de cerner les problématiques  économiques et sociales  liées à ce fléau. La question n’est pas tant de chercher à obtenir un consensus dans l’opinion public sur les questions d’immigration que d’améliorer la connaissance et la compréhension par le public des phénomènes migratoires et notamment leurs impacts économiques , sociaux et culturels , afin de limiter le poids des croyances erronées et  des idées reçues .

Souad Maarouf
                          Master Métiers et pratiques des médiasµ
                                 Promotion 6
FLSH, Université Ibn Zohr, Agadir

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here