Accueil Gallerie Le master MPM, au cœur de l’événement culturel et artistique FIFTA 2018…

Le master MPM, au cœur de l’événement culturel et artistique FIFTA 2018…

0
PARTAGER

 

Lors de la conférence de presse tenue par le comité d’organisation de la première édition du Festival International du Folklore Traditionnel d’Agadir (FIFTA), dimanche dernier, à l’hôtel Marhaba à Agadir, les MPMisites, enseignants et étudiants, ont marqué l’événement avec brillance, par leur présence effective.

La semaine prochaine, la perle du sud accueillera du 6 au 10 mars la première édition du Festival FIFTA, sous le thème « Agadir aux couleurs des Arts Populaires ». Pour la promotion médiatique de cet événement, l’Association Flamant d’art et de développement socioculturel, organisatrice du festival et en partenariat avec d’autres organismes et institutions, a tenu ce dimanche après-midi une conférence de presse à l’hôtel Marhaba. Les futurs journalistes du Master Métiers et Pratiques des Médias ont répondu présent à l’appel pour y participer à côté des journalistes représentants les différents médias nationaux.

La programmation du festival présentée par Madame Chama EZ-ZAHRANI présidente de l’association, revêt différentes dimensions, culturelles, artistiques et touristiques dans l’objectif de contribuer à la promotion des arts populaires et du patrimoine immatériel, et ce grâce à la participation des pays de l’Europe, de l’Asie et de l’Afrique. L’idée génératrice de cette initiative a vu le jour l’année dernière, en mois de décembre, lors de la participation du Maroc à la deuxième édition du festival du folklore en Egypte à Hurghada avec la signature d’une convention entre ladite association et l’UNESCO.

En vue de dynamiser sa dimension artistique, le festival propose aux habitants ainsi qu’aux touristes de la ville d’Agadir et ses régions, une panoplie de soirées folkloriques, animées par des troupes nationales des arts populaires (Taliouine Aglagal, Abdelaali Sahraoui, Ahwach Mssegina, Fatima ElHaouaria, Zagora Tamkchad, Gnaoua Souss, Taskiouine Ida Oumahmoud, Dekka Marrakchia et Issawa) et des troupes internationales venues de la Turquie, la Roumanie, la Corée du Sud, la Macédoine, la Suisse, la  France, l’Egypte et de la Russie en tant qu’invitée d’honneur de cette 1ère édition.

Ce festival constituera une occasion d’échange d’expériences entre les troupes participantes et de reconnaissance envers des icones de l’art marocain comme le défunt Mohamed Rouicha et Rquia Demsiria auxquels il rendra hommage en cérémonies d’ouverture et de clôture.  Ces spectacles auront lieu du 7 au 10 mars au Théâtre de Verdure comme site principal mais aussi dans différentes places de la capitale du Souss ; (Ait Souss, Agora, EL Wahda, Al Wid, Sahara). « Des troupes coréennes et turques se rendront respectivement à Inezgane et Dcheira El Jihadia et plus précisément à la place Essaada et la place des Fêtes pour se produire devant le publics de la préfecture d’Inezgane Ait Melloul » a précisé Monsieur Mouad Ghazi, le directeur artistique du festival dans son intervention où il a considéré cette démarche comme une valeur ajoutée de cet événement en espérant d’en faire bénéficier d’autres villes de la région du Souss lors les prochaines éditions.

Pour la mise en valeur du patrimoine culturel et artistique, des événements académiques d’envergure seront organisés à la Faculté des Lettres et des Sciences Humaines de l’Université Ibn Zohr, en l’occurrence une rencontre internationale sous le thème « Arts populaires, patrimoine culturel universel » le 9 et le 10 mars, en plus de deux sessions de formations sur « le rôle de la recherche scientifique dans le développement du patrimoine musical» animée par Rachid Zeroual le 7 mars, et sur « la réalisation d’un film documentaire sur le folklore » animée par Abdou El Masnaoui le jour suivant, sans oublier l’atelier de Samia Ahmed, au profit des étudiants, et qui portera sur « le patrimoine marocain ‘’chant’’ » prévu le 9 du mois courant.

Dr. Fatema Echaabi, professeur universitaire représentante de la FLSH Agadir, a considéré que « cette initiative émanant de jeunes lauréats de l’université est une valeur ajoutée au paysage culturel permettant ainsi à Agadir, la ville de résurgence, de vivre des jours aux couleurs des arts populaires ». Elle a également mis l’accent sur le terme « folklore » qui revêt pour certains une connotation péjorative alors qu’il véhicule sémantiquement des significations positives. Ce festival est pour l’intervenante académique « un prolongement d’un festival d’antan, organisé des décennies à Agadir et qui était dédié aux arts populaires africains » qu’elle espérait faire revivre par cet événement en s’ouvrant au folklore des pays africains subsahariens dans le cadre de l’ouverture du Maroc sur le continent.

La rencontre scientifique internationale organisée à la faculté par l’Association Flamant en partenariat avec le Master des Métiers et Pratiques des Médias connaitra la programmation de deux tables rondes sur le dialogue des cultures et sur le rôle des médias dans le patrimoine culturel universel avec la participation d’éminentes personnalités nationales et étrangères. Ce festival a été une opportunité pour la signature, ce jour, d’une convention entre l’association et l’Observatoire Universitaire des Pratiques et des Métiers des Médias, représenté par Dr. Omar Abdouh, coordinateur du master MPM.

Une autre convention sera signée dans les prochains jours par l’association avec le Ministère de la culture macédoine en la personne de Monsieur Amir Maumuti, responsable des événements culturels et artistiques qui était présent lors de cette conférence. Ce partenariat permettra aux troupes du Maroc de participer aussi au festival international du folklore de Skopje, la capitale de la Macédoine. Dans sa déclaration exclusive aux étudiants de MPM, ce responsable a exprimé son intérêt pour la participation de son pays à ce festival en vue de découvrir le folklore marocain ainsi que les aspects organisationnels du festival en renforçant la collaboration avec l’association comme il a mis en exergue l’importance et le rôle de l’art et de la culture dans la transmission des valeurs de tolérance et de paix dans le monde.

Dans l’objectif de promouvoir le tourisme culturel dans la ville d’Agadir, une visite des sites touristiques comme Agadir Oufella et Souk El Had a été organisée au profit d’une centaine d’invités du festival, en plus d’une parade exceptionnelle des troupes nationales et internationales à la place d’Agora, près de la corniche, est programmée pour le 10 mars.

En parallèle au festival, une exposition internationale des produits du terroir et d’artisanat sera organisée à la place Ait Souss du 8 au 10 mars en vue de valoriser les produits locaux et de promouvoir les produits traditionnels nationaux et internationaux. Lors de cette conférence médiatique, le comité d’organisation du FIFTA 2018 ont répondu aux diverses questions des journalistes des médias nationaux, comme celles liées aux dates choisies par l’association, jugées mal appropriées vu les actuelles intempéries, et les subventions octroyées pour le financement des activités programmées.

Pour l’organisation de ce festival, l’association a conclu des accords de partenariat avec la Wilaya et le Conseil municipal d’Agadir, le Conseil régional de tourisme, le Conseil international d’organisation des festivals du folklore (CIOFF) Egypte, et l’UNESCO en plus de l’apport de leurs sponsors.

Par Hanane@MPM6
Le 4 mars 2018
Master Métiers et Pratiques des Médias
FLSH UIZ AGADIR

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here