Accueil Evénements Le FIFTA, ou quand l’art s’invite au débat scientifique

Le FIFTA, ou quand l’art s’invite au débat scientifique

0
PARTAGER

En marge de la 1ère édition du FIFTA (Festival International du Folklore Traditionnel d’Agadir), la Faculté des Lettres et des Sciences Humaines de l’Université Ibn Zohr a abrité une rencontre internationale autour du thème : Média et Patrimonialisation let 10 mars 2018  à l’espace Culturel.

La rencontre a débuté par l’intervention de Mr Abderrahim TIGNI (Enseignant chercheur patrimoine immatériel) qui nous a dessiné un tableau sur l’art populaire, qui selon lui  pour mieux l’apprécier, nous devons le vivre et le voire de plus près.

Mr Hassan OUTALEB (Docteur en traduction et littérature arabe, FLSH-Arabe) qui a pu déchiffrer et décrypter la culture et le patrimoine marocain en travaillant et traduisant des textes pour l’UNESCO. Il a souligné que pour sauvegarder un patrimoine, il faut le valoriser et le transporter aux  générations futures.  

 Mr  Ismail  MADANI ALAOUI (docteur en Sciences de l’information et de la Communication, FLSH-Agadir) a traité le sujet sous un angle différent des intervenants à savoir d’un point de vue littéraire en se penchant sur une chanson du Rap marocain qui d’après lui a réussi à avoir une place dans l’espace culturel et  cherche une reconnaissance. Dans cette chanson on trouve tous les éléments d’une œuvre littéraire, le schéma narratif est présent avec un espace symbolique qui ne concernent pas seulement les jeunes mais tout le monde surtout que la chanson traite un sujet comme (la dignité). La chanson raconte plusieurs histoires ce qui nous laisse croire que le rappeur, conscient ou inconscient utilise la mise en abime de G.Genette. On peur constater aussi la construction poétique du texte par l’emploi des rimes. En fin, le théâtre est présent aussi, le rappeur nous transpose le réel en s’adressant à nous et on a l’impression qu’un dialogue a bien et bel existé.

Dans son intervention Marc Robson (Directeur radio 95 Bergerac) a parlé de l’importance du Folklore et du patrimoine pour sauvegarder la diversité des peuples qui risquent de disparaitre à cause de la mondialisation et a fait aussi allusion à la difficulté et à la complexité de l’organisation d’un festival mais nous devons reconnaître que les festivals restent le meilleur moyen de faire connaître les arts populaires.

Enfin, Mr  Omar ABDOUH (Docteur en sociolinguistique, FLSH-Agadir) a défini la patrimonialisation comme étant un concept rassemblant, culture, art, traditions, religion etc. c’est l’intersection entre les médias et la culture. Dr Abdouh a souligné que ce sont les médias les vecteurs du patrimoine, ils jouent un rôle important pour informer le public de sa culture, cette dernière qui demeure et survit lorsque l’être humain oublie. Il a montré aussi que ce sont les repères culturels qui nous sauvent car ils s’imposent à travers les gens et le temps.

En conclusion, les médias jouent un rôle important pour informer le public mais la culture et le patrimoine doivent être persévérés et sauvegardés par les institutions (école, famille, société civile etc.…).       

SOUMIA  DADSI
MPM6 – FLSH Ibn ZOHR
UIZ -Agadir

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here